Shroud, 2015



Considered as a sequence of studies, Shroud consists of silver print photograms. The unexposed paper is soaked with water then randomly spread over the darkroom and kept from the light. Left in the dark during several days, the paper dries, wrinkles or folds itself up, depending on the surface on which it rests and its own wefts. A short and weak burst of light, coming from a desk lamp, enlightens the darkroom and surprises the drapery and fixes its contortions. Once developed, the sheets lose their shapes and are flattened by a hot press. Leaving no other traces than the image of their past existence and the expression of their brief encounter with the darkroom floor.



………………………………………………………………..



Considerée comme une suite d'étude, Shroud est composée de photogrammes en gélatino-bromure d'argent. Le papier argentique vierge de toute lumière est mouillé puis étalé aléatoirement dans le laboratoire à l'abri de la lumière. Laissé dans le noir pendant plusieurs jours, le papier sèche, se gondole et se plie suivant les aspérités de l'endroit où il repose. Un lent mouvement de tension s'opère entre les fibres du papier et l'espace propre de l'atelier. Une brève et faible interférence lumineuse, provenant d'une lampe de bureau, vient alors illuminer le laboratoire en surprenant les mouvements drapés et en fixe ses contorsions. Une fois développés, les papiers perdent leur pose et sont aplati par une presse. Laissant comme seule trace l'image de leur existence passée et témoignent de leur brefs contacts avec les relief de l'atelier.